Barbès - Goutte d'Or - Marcadet - Simplon -La Chapelle

Pari citoyen Paris 18

Le Collectif

Sites internet

Recherche

En-tête

Module « En-tête du Blog »
Module personnalisé au contenu rédigé par vos soins. Vous pouvez y intégrer des images ou autres types de média.

croyance

Les édiles qui gouvernent oscillent en permanence entre le discours volontariste et celui de l’impuissance.  

De la déclaration mal inspirée de Lionel Jospin  devant des ouvriers " l'Etat ne peut pas tout faire" à la diatribe de François Hollande contre le monde de la finance « je n’ai qu’un ennemi, il n’a pas de visage, pas de nom.. »  nous avons là de flagrantes illustrations de la duplicité de nos responsables politiques. Si les deux exemples choisis concernent des hommes politiques de « gauche », c’est simplement parce que l'auteur de ces lignes se situe de ce côté-là. Nous n’aurions guère de difficulté à trouver l’équivalent à droite.

Le second type de discours s’adresse à des croyants, ou en tout cas à des gens disposés à croire, tandis que le premier doit les conduire à renoncer. Espoir et désespoir, faire croire et faire renoncer voila bien à quoi semble se résumer aujourd’hui l’action politique.

Les  édiles du 18ème arrondissement de Paris ne font pas exception.

Lors de la réunion du 23 janvier, après une année et demi de ZSP, les représentants de la Municipalité, en présence de ceux du Parquet et de la Préfecture de police, nous ont annoncé des actions et des décisions dont on se demande pourquoi elles n’ont pas été prises plus tôt.

Si certains objectifs de cette ZSP ont, semble-t-il,  pu être partiellement atteints, d’autres, en revanche, sont restés au point mort.

Chacun le constate quotidiennement : vente à la sauvette à Barbès ou sur les rues Dejean, Poulet et Poissonniers, étalages illégaux de commerces en extension rue de Suez, deal de drogue à certains endroits, toxicomanes dans les stations de métro, prostitution, tapage nosturne etc.

Il est probable qu'aucun des membres de l’assistance des habitants convoqués à cette réunion n’a été dupe du renouvellement de promesses déjà faites il y a un an. Les réalités du terrain en sont un démenti permanent.

Pour notre part, n’étant disposé ni à croire ni à renoncer, nous nous félicitons d’avoir initié une liste électorale pour les élections municipales.

Pour être juste, disons que le discours volontariste employé actuellement par les édiles ne date pas d’aujourd’hui. Il se fait simplement plus volontairiste à l’approche des élections.

Certaines décisions annoncées, comme celles d’un arrêté préfectoral à l’encontre des camions « ventouses » ou de la mise à disposition de la benne de 7h30 à 21h le mercredi et le samedi, aussi bien à Barbès qu’à Château rouge, seront un bon test pour mesurer le degré d'adéquation des paroles à la réalité.

Les objectifs visés par ces mesures sont anciens. Ils étaient identifiés dès le début de la ZSP. Le "retard" pris dans l'application de ces mesures est-il l'expression  de contradictions au sein de l'équipe municipale et de l'Etat ou la marque d'un refus inavouable de prendre au sérieux les revendications de nos quartiers ?

Gageons qu’une « déflation » de cette volonté affichée n'est peut-être pas bien loin. Après les élections, nous devrions avoir droit, de nouveau, au discours de l’impuissance publique incitant les habitants des quartiers populaires au renoncement.

A moins que les habitants et citoyens ne prennent en main leurs affaires, ce sera le jeu bien réglé de l'alternance entre... espoir et désespoir

Module image