Barbès - Goutte d'Or - Marcadet - Simplon -La Chapelle

Pari citoyen Paris 18

Le Collectif

Sites internet

Recherche

En-tête

Module « En-tête du Blog »
Module personnalisé au contenu rédigé par vos soins. Vous pouvez y intégrer des images ou autres types de média.

vie1Dans nos quartiers sont à l’œuvre deux logiques qui, bien qu’actives ailleurs, prennent ici, dans leur conjonction, une tournure particulièrement dévastatrice.

Premier principe : la concentration.

La gestion urbaine procède aujourd’hui par fractionnement de l’espace en fonction de communauté d’activité : ici un quartier de bureaux, là un quartier de commerces etc. Ce type de concentrations obéit à une logique économique d’économies d’échelle dans la gestion d’activités similaires.

Ici, dans nos quartiers populaires, il s’agit d’une concentration de misère déclinée sous toutes ses formes : prostitution, drogue, trafics en tous genres.

Et la rationalité supposée de ce mode de gestion est sujette à caution tant elle comporte des aspects négatifs jamais chiffrés.

La concentration s'y fait concentrationnaire et, peut être bien, que d’aucuns pensent nos quartiers en déchetterie de la ville de Paris.

Deuxième principe : la privatisation.

Son extension dans la société française est une évidence. Dans nos quartiers, son dernier avatar réside dans son application à l’espace public.

Qu’il s’agisse de prostitution, de drogue, de vente à la sauvette, la rue est livrée au commerce parallèle.

Elle trouve son soutien le plus fervent dans les tenants de la consommation tous azimuts, domiciliés pour la plupart en dehors, bien entendu.

vie4Ces deux principes s’imbriquent parfaitement et la situation de ceux qui habitent ces quartiers n’a aucune chance de s’améliorer tant que leur sort est confié à la seule ‘pseudo’ rationalité économique.

Si le politique a encore un sens c’est en encadrant la logique économique.

Aucun des professionnels en lice n’en ayant la volonté nous avons décidé de participer à ces élections municipales.

Mettre sur la place publique le scandaleux « apartheid » réservé aux quartiers pauvres du 18ème, tel est le sens de notre candidature.

Exister par les urnes est le seul langage encore intelligible aux élus en place ou postulants. Nous l’utilisons.

Module image